Tout sur votre nom de famille
Généalogie de votre nom de famille Votre nom dans l'histoire La boutique généalogique des Chercheurs d'Ancêtres Le guide pratique de généalogie La carte de France de votre nom de famille

 

Les
PASQUIER
dans le département de Loir et Cher(41),
Classement des communes de plus forte implantation
Période 1891 - 1915

Rang
Par nombre des naissances
1
Mur de Sologne
2
Lunay
3
Oigny
4
Naveil
5
Blois
6
Nouan le Fuzelier
7
Arville
8
Bouffry
9
Fontaines en Sologne
10
Gy en Sologne
11
Mer
12
Montrichard
13
Saint Laurent Nouan
14
Saint Viâtre
15
Vendôme
16
Averdon
17
Dhuizon
18
Fortan
19
Ouchamps
20
Saint Agil
21
Sainte Anne
22
Saint Avit
23
Saint Julien de Chédon
24
Cellé
25
Choue
26
Chouzy sur Cisse
27
Cour Cheverny
28
Droué
29
Épuisay
30
Ferté Saint Cyr
31
Josnes
32
Langon
33
Mondoubleau
34
Monteaux
35
Neung sur Beuvron
36
Nouan sur Loire
37
Pezou
38
Rahart
39
Roches l'Évêque
40
Saint Aignan
41
Savigny sur Braye
42
Selles sur Cher
43
Soings en Sologne
44
Vineuil
45
Blois.
46
Baillou
47
Boursay
48
Champigny en Beauce
49
Chauvigny du Perche
50
Chémery
51
Cormenon
52
Couddes
53
Courmemin
54
Couture sur Loir
55
Épiais
56
Faye
57
Fontaine les Coteaux
58
Gault Perche
59
Houssay
60
Huisseau sur Cosson
61
Mazangé
62
Menars
63
Mennetou sur Cher
64
Montrieux en Sologne
65
Noyers sur Cher
66
Pontlevoy
67
Pruniers en Sologne
68
Rilly sur Loire
69
Romorantin Lanthenay
70
Saint Amand Longpré
71
Saint Arnoult
72
Saint Gervais la Forêt
73
Saint Rimay
74
Saint Romain sur Cher
75
Sargé sur Braye
76
Selles Saint Denis
77
Ville aux Clercs
78
Villebarou

Afin de préserver les libertés individuelles, nous n'indiquons pas le nombre de naissances pour un patronyme dans une commune, toutefois vous pouvez obtenir plus de précisions auprès des mairies des communes concernées.


AVERTISSEMENTS

Quelques amateurs, dont vous êtes, nous ont signalé des divergences entre leurs propres données et certains résultats de recherche communiqués sur notre site.
Ces divergences ne peuvent mettre en cause ni l'œuvre ni la qualité du fichier I.N.S.E.E. qui en constitue l'armature. Nous confirmons qu'il s'agit là de la base de données la plus fiable, la plus sérieuse et la plus précise dont on puisse disposer aujourd'hui en France et la seule qui permette de combler de nombreuses lacunes qu'implique la "loi des cent ans ". Dans le domaine de la généalogie aucune base de données ne peut réellement être complète et exhaustive. Quelles que soient les sources, les données peuvent toujours s'avérer sujettes à erreurs ou à défauts : erreurs de saisie, défauts de retranscription ou mauvais choix des méthodologies de travail. Plus on remonte dans le temps, plus les erreurs peuvent être nombreuses et plus l'information est rare (l'érosion du temps). Le fichier de l'I.N.S.E.E. n'échappe pas à cette règle constante de la généalogie.
Si, à partir de 1946 (année de fondation de l'I.N.S.E.E.) les données sont complètes et les erreurs rarissimes, en revanche, pour la période 1891-1945 les informations ont été collationnées de manière rétroactive et il existe effectivement des manques dus aux méthodologies employées : un certain nombre de naissances n'ont pas été enregistrées. Précisons encore une fois qu'il s'agit de données manquantes et non d'erreurs. Par ailleurs, ces manques étant dûs au choix de la méthode d'enregistrement des actes de naissance, il s'agit d'une constante qui n'influe quasiment pas sur la répartition de votre patronyme en France. Il est vrai que les conséquences sont plus sensibles pour les noms rares, les noms en voie de disparition ou les régions où le patronyme est très peu porté. Quoi qu'il en soit, on ne dispose actuellement d'aucun outil plus performant que celui-ci.

 

 

 

Les carences du fichier patronymique :

Malgré tout le sérieux apporté à son élaboration, le fichier patronymique connaît certaines carences. L'I.N.S.E.E. a été créée en 1946 et l'informatisation de son fichier patronymique date de 1970-1972. Aussi, les personnes nées avant 1946 et mortes avant 1970 ne figurent pas sur le fichier. Les 1,3 millions de morts de la Première Guerre mondiale et les 530 000 de la Seconde ne sont donc, par exemple, pas comptés dans les statistiques. De plus, Il apparaît que certaines communes manquent ou sont mal référencés. Cependant, ce fichier demeure un formidable outil d'étude patronymique, riche en enseignements.